Trouver un nom en 10 étapes
Misc

Trouver un nom en 10 étapes

Vous vous lancez. Votre projet est ficelé et vous voici face au moment le plus difficile : le choix du nom.

Bien entendu vous pouvez faire appel à des professionnels pour vous aider et c’est du reste ce que je ferai si le lancement du produit était capital. Mais si vous lancez votre produit ou startup avec peu de moyens, vous allez devoir faire cela tout seul. Ces conseils ne remplaceront pas les services d’un professionnel mais ils pourront vous aider à structurer votre approche.

Pour procéder, il vous faut :

  • Un paper board
  • Du scotch ou des punaises
  • Des marqueurs de 2 couleurs
  • Un fluo
  • Des post it de 4 couleurs différentes
  • Deux-trois personnes prêtent à remuer leurs méninges avec vous

1. Le pitch : réduire à l’essentiel

On appelle cela le « elevator pitch »; vous savez ce court argumentaire de quelques mots qui permet de présenter votre produit ou votre idée, l’espace d’une montée en ascenseur. Pour trouver le nom de votre produit, ce pitch doit être bien travaillé pour ne contenir que l’essentiel et vous contraindre ainsi à sélectionner des mots qui sont les plus justes, les plus précis possible. Notez ces phrases dans un coin, en évidence et passez à l’étape suivante. Si vous avez un mot qui est particulièrement important surlignez le afin qu’il ressorte. Décrochez et affichez cette page en évidence sur votre mur et passez à l’étape suivante.

2. Value selling proposition

Dans cette étape, vous allez au contraire lister toutes les valeurs qu’apportent votre produit. Sur une grande feuille vous allez lister tous les avantages via des mots clefs. Pensez à lister aussi les synonymes des mots que vous aurez utiliser pour obtenir une grande liste de mots. Si vous avez l’occasion de faire cet exercice à plusieurs c’est important car vous pourrez aussi noter des approches, des visions, des termes différents. Surlignez les 3 mots qui vous semblent les plus importants. Décrochez et affichez cette page en évidence sur votre mur et passez à l’étape suivante.

3. Emotional selling proposition

Dans cette étape, vous listez, tout ce qui vous vient à l’esprit comme valeurs « cognitives ». Ce sont les adjectifs, les mots clefs qui qualifient votre produit, votre marque, votre entreprise. Pour chaque mot encore une fois, faites l’exercice des synonymes afin de passer en revue tous les termes qui vous définissent. Surlignez les 3 mots qui vous semblent les plus importants. Décrochez et affichez cette page en évidence sur votre mur et passez à l’étape suivante.

4. Première sélection

Vous avez maintenant 3 pages devant vous avec des mots en fluo qui ressortent. Reparcourez ces pages en vérifiant que vous n’avez rien oublié (si oui, ajoutez ce qui vous vient à l’esprit). Une fois que vous avez mis en évidences tous les mots clefs, prenez un post it par mot clef et collez ces mots clefs sur la table devant vous.

5. Les concurrents

Allez parcourir les sites internet des concurrents et regardez les mots clefs qui ressortent, les valeurs qui transparaissent dans leurs arguments et notez ceux qui vous intéressent le plus des des post-it d’une autre couleur.

6. Les ressemblances

Pour cet exercice, vous listez les « et si vous étiez » sur une feuille du paper board. Et si vous étiez une voiture, vous seriez… Vous faites ça avec : un personnage célèbre, une couleur, un aliment, un pays, une voiture, une expression, un bâtiment, un artiste, une action, un peintre, un objet, une technologie… Ce qui compte c’est moins ce que vous choisissez que « pourquoi » vous le choisissez. Par exemple si vous choisissez le « rouge » comme couleur, ce qui est important c’est de comprendre que le rouge est une couleur chaude et vive qui inspire donc l’humain, la force, le pouvoir…. Vous décortiquez chaque « image » ainsi et notez les qualificatifs sur votre feuille. Ceux qui vous semblent les plus intéressants passent en fluo pour vérification et ensuite sur des post-it d’une autre couleur. Décrochez et affichez cette page en évidence sur votre mur et passez à l’étape suivante.

7. remue méninges

Maintenant que vous avez vos 3 couleurs de post-it devant vous, vos valeurs, celles de vos concurrents et vos ressemblances, vous jouez à les déplacer, à faire des groupes à les mettre les uns devant les autres pour faire jaillir d’autres idées, d’autres mots, des associations… Pendant ce procédé, une personne note sur une autre feuille du tableau vos trouvailles. Vous pouvez déformer les mots, les accoler, les écrire à l’envers, faire des abbréviations, utiliser vos prénoms aussi ou nom de familles, jouer avec des moitiés de mots… C’est pour cela que les post-it sont pratiques car ils vous permettent de faire comme un puzzle, déplacer, changer, modifier, couper… A ce stade, il ne faut pas vous censure ou vous limiter mais vraiment produire le plus grand nombre de contenus.

8. choix du nom: directions

Vous avez trois possibilités pour choisir un nom.

  • Vous pouvez choisir un nom « mot clef ». Ce nom comme par exemple « easy jet » ou « la poste » est un signifiant. Il dit, par sa simple expression ce que vous faites et résume votre activité. La difficulté avec ce genre de nom, lorsqu’il est commun, est que pour obtenir un positionnement « correct » sur internet ou simplement acquérir le nom de domaine, cela pourra s’avérer compliqué
  • Un nom suggestif. Le nom « netinfluence » qui est une combinaison entre « net » pour internet ou aussi pour « net » de clair, précis, juste et du mot « influence » qui suggère un accompagnement doux, mais aussi le marketing d’influence, la bonne influence, la notion de tendance aussi et même une certaine manière de faire du marketing d’avant garde nous a semblé comme une évidence pour tout ce qu’il suggérait, avec l’avantage supplémentaire de se comprendre et de se prononcer parfaitement bien en français, en allemand et en anglais, nos principales langues locales.
  • Un nom attachant ou amusant. C’est typiquement ce que yahoo ou google ont fait. Dans un cas il s’agit d’une abréviation « Yet Another Hierarchically Officious Oracle » ou de google, choisi en référence au nombre formé du chiffre 1 suivi de 100 zéros « gogol » et dont la prononciation semblait amusante et disruptive. Si vous choisissez une telle approche alors vous pouvez soit prendre un nom qui n’a rien à voir ou alors vous inspirer d’un mot d’une prononciation proche, d’abbréviations ou encore inventer un mot, s’amuser avec un palindrome (comme « noon » qui se lit aussi bien dans les 2 sens)…Ce qui compte c’est qu’il soit unique, universel et attachant (facile à prononcer aussi)

9. choix du nom: contraintes

  • Le nom choisi doit être libre, éventuellement déposable au registre du commerce ou à l’OMPI
  • Le nom de domaine doit être disponible, si possible en .com qui a l’avantage de bénéficier d’un meilleur positionnement dans google et qui s’avère plus universel
  • Il faut vérifier si il n’a pas une existance passée aussi
  • Il doit être unique : cela permet d’en faciliter le « tracking » sur internet. Par exemple, si je recherche un nom commun comme la poste, je vais tomber sur plein d’articles sans intérêt qui comportent simplement ce nom commun. Par contre, si je cherche « netvibes » ou « google » alors je suis sure que mes recherches parleront bien de mon entreprise / produit / service.
  • Il doit être prononçable facilement
  • Il doit être remarquable (afin que les gens le retiennent facilement)
  • Il doit être simple
  • Il doit être « compatible » avec les langues que vous visez
  • Il doit correspondre à votre produit / vos clients / votre audience pour que l’on puisse se l’approprier facilement

Attention aux doubles sens

  • Les traits d’union entre les mots de notre nom agisse comme des « blancs » dans la recherche de google et vous aideront pour être retrouvé sur l’association de deux mots, mais si les termes sont génériques ou si on oublie de trait d’union, on risque de ne pas vous retrouver facilement et cela peut pénaliser votre référencement
  • Il doit être court : 15 caractères maximum permettent de bien le retenir; plus rend le travail de reconnaissance plus difficile

10. Choix final : interroger son entourage

Vous avez vos noms, validé leur disponibilité et disposez maintenant d’une shortlist. Si vous n’avez pas à ce stade trouvé votre coup de coeur, laissez le temps et les amis faire leur affaire. Le sommeil apporte des nouvelles idées et laissez ces mots sur votre mur, en passant devant chaque jour, en demandant l’avis à votre entourage, vous permettra d’affiner, de choisir en fonction de celui qui plaira le plus. Dites vous que ce qui compte avant tout c’est comment il est perçu. Quand votre entourage désigne un nom, demandez lui ce qu’il véhicule comme image, ce qu’il représente… Cette perception, si elle est bonne et correspond à ce que vous aviez en tête, vous aidera alors à faire votre choix.

Une fois le choix fait, déposez vite votre nom / votre marque / votre nom de domaine selon vos besoins afin qu’il ne vous échappe pas.

Maintenant que votre nom est choisi, il va vous falloir faire tout un travail d’identité corporate pour parfaire votre branding. Cette étape, n’est donc que le début… 😉

Visited 3 times, 1 visit(s) today