Un échec 2.0 peut coûter très cher

written by sandrine 3 juin 2008
Un échec 2.0 peut coûter très cher

Adopter les réseaux sociaux, les blogs, ne doit pas se faire parce que c’est à la mode. Cela véhicule un message certes positif sur l’entreprise mais si c’est mal fait, si la stratégie de l’entreprise n’est pas en parfait alignement et si les efforts d’adaptations sont sous-estimés, il peut en résulter un échec.
L’échec serait d’ailleurs d’autant plus cuisant que ces outils, du fait de leur transparence et de leur capillarité, diffuseront encore plus largement et plus vite le message. Ce qui compte dans la mise en place ce n’est donc pas l’outils mais le « comment ».

L’adaptation de ces outils aux entreprises, nécessite un véritable travail de fond sur l’organisation et une remise en question adéquat.
L’outil doit également avoir une raison d’exister. Si il ne sert à rien, ne produit pas de valeur, il ne sera pas utilisé. Jay Daragon sur son blog socialutions (trouvé via Bertrand comme toujours) l’explique très bien. Avant de boucler votre projet assurez-vous donc au minimum que :

  • L’initiative correspond à une besoin réel, pas uniquement du management, mais également des employés (chacun y trouve son compte)
  • La mise en place sera accompagnée par un vrai programme de change management
  • Cette initiative ne crée pas plus de problèmes qu’elle n’en résout
  • Les employés ont été informés de cette initiative, ils y adhérent et ont reçu toute la formation / préparation nécessaire
  • L’initiative est alignée avec la stratégie et notamment avec tous les autres projets de communication de l’entreprise
  • Le responsable de la communication interne, mais également celui des ressources humaines sont impliqués dans le projet
  • Des éléments objectifs permettront de mesurer le résultat, la réussite

Il est sain d’aller de l’avant avec de tels projets mais pas n’importe comment. Un blog interne, un outil collaboratif ou encore un réseau social affecte profondément les règles de fonctionnement de l’entreprise, c’est pourquoi la douceur et la prudence sont de mise.

You may also like

Leave a Comment


*